MENU
ESPACE RESSOURCES NUMÉRIQUES
Accueil Récits Recherches Pratiques

À Propos
Association Ping

Found 20 results

recherches
Séminaire d’études critiques des cultures numériques

Vidéo - 2021
recherches
La visio-conférence | janvier 2013

Audio - 2013
recherches
Les datas | décembre 2015

Audio - 2015
recherches
Back to 1986 – juin 2016

Audio - 2016
recits - recherches
Radio Contre Temps "contre-histoire des technologies" 17/12/20

Audio - 2021
recherches
Les doigts dans la prise #1 : le métal

Audio - 2019
recits
Chroniques d’un Atelier Partagé #1

Texte - 2018
recits
Chroniques d’un Atelier Partagé #2

Texte - 2018
recherches
Radio-s - Veille

Texte - 2021
recherches
Les mèmes internet | octobre 2012

Audio - 2012
recherches
Les systèmes d’exploitation | novembre 2012

Audio - 2012
recherches
Le peer to peer | décembre 2012

Audio - 2012
recherches
Les hackers | février 2013

Audio - 2013
recherches
BigData, accélération, infobésité | mars 2013

Audio - 2013
recherches
La singularité | avril 2013

Audio - 2013
recherches
Les fablabs | mai 2013

Audio - 2013
recherches
Les makers | juin 2013

Audio - 2013
recherches
Court-média | juillet 2013

Audio - 2013
recherches
L’obsolescence | octobre 2013

Audio - 2013

Les makers | juin 2013

Ce mois-ci c’est Olivier Heinry qui animait notre chronique radiophonique « La tête dans le flux ». Il nous a parlé des « makers ».

Contrairement à l’infobésité (le big data), phénomène très récent, ou la singularité, phénomène n’ayant pas encore eu lieu, derrière le maker se cache en fait une pratique très ancienne.

Le maker, c’est le cousin du hacker, et son terrain de jeu, son biotope, c’est le fablab.

Si l’on examine le terme de maker lui-même, il s’agit encore une fois d’un terme anglais, un substantif décrivant un individu, bientôt ou presque une profession dérivé du verbe « to make », qui signifie donc faire dans le sens de construire, réaliser, fabriquer. Mais le maker n’en est pas pour autant un fabricant, l’industriel qui produit des objets en masse, ni un constructeur, comme l’est Martin Bouygues, ni un groupe d’artistes au pied léger comme le sont les machines de l’île.

Si l’on examine le maker sur un axe historique, et que l’on remonte à l’âge de Pierre, soit un peu plus de 3,14 milliers d’années avant notre ère, l’ancêtre du maker est sans doute à l’époque un tailleur de silex, un façonneur d’os et de bois, un potier.

Plus proche de nous, l’essor de la métallurgie transforme Pierre en Héphaïstos chez les anciens Grecs, dieu des forges et du feu, fils de Zeus et d’Héra, forgeron boiteux. Il commence sa carrière comme artisan bijoutier, se venge de sa mère en construisant un trône articulé munis de bras enfermant Héra jusqu’à ce qu’elle accorde de la reconnaissance à son fils en l’accueillant sur l’Olympe.

Après l’Antiquité (en tout cas dans le monde occidental) la figure du maker pâlit singulièrement afin de se réincarner dans le maker ultime, et Pierre se rebaptise Leonard de Vinci. Car un maker, c’est un peu tout ça : un concepteur, un dessinateur, un rêveur, un constructeur, un expérimentateur… On voit que les matériaux ont assez peu changé, malgré les changements de nom de Pierre le maker.

Licence Creative Commons
Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 - International.

Fiches similaires: